Il s’agit d’un communiqué de presse payé. Flys Investment n’approuve pas, ni est responsable de tout matériel inclus ci-dessous et n’est pas responsable des dommages ou pertes liés à des produits ou services mentionnés dans le communiqué de presse. Flys Investment demande aux lecteurs de mener leurs propres recherches avec la diligence voulue dans l’entreprise, le produit ou le service mentionné dans le communiqué de presse.

Qui est Sébastien Jehan ?

Sébastien est un architecte IT avec plus de 20 ans d’expérience dans la création de systèmes bancaires (trading, reporting, BI) et télécom, dans des équipes internationales (Europe, US, Japon). Il est diplômé ingénieur Télécom (Télécom ParisSud) et d’un mastère de finance (ICMA center, UK). Sébastien a eu plusieurs expériences d’entrepreneur dans le logiciel. Il s’est consacré à développer des projets autour d’Ethereum depuis 2015.

Le projet

La technologie de blockchain publique étendue aux applications, dont le premier vecteur est la Blockchain Ethereum, a démontré sa fiabilité. Le réseau Ethereum a dépassé de façon permanente les 300,000 transactions / jour. Ce n’est donc que très récemment qu’Ethereum a plus de transactions que le réseau Bitcoin.

Ethereum est une plateforme idéale pour émettre de nouveaux tokens, permettre des échanges de crypto-monnaies régis par des contrats, mais souffre encore de limitations liées aux coûts de transactions dans le réseau, rédhibitoires pour l’IoT. En effet, il en coûte encore $0.3 pour effectuer une transaction sur le réseau, avec historiquement des pics dépassant le $1. Cela a donné des initiatives appelées les « states channels », principalement Raiden Networks. Les couts des opérations logiques sur la plateforme Ethereum restent élevés (les coûts en « gaz » de la dernière révision de mai 2017 du protocole sont disponibles ici). Ajouter deux entiers dans la Blockchain Ethereum coûte 400 millions de fois plus cher que sur une instance d’Amazon Cloud Service ! Afin d’étendre les initiatives d’optimisation de Raiden Networks aux opérations logiques, Vitalik Butterin (l’initiateur d’Ethereum) a lancé, avec l’aide de Joseph Poon de Raiden Networks, le projet plasma.io.

Ethereum a aussi un problème d’adressage des données privées dans ses programmes, et de gestion des droits d’accès, à la fois pour les contrats et leurs données ; dans Ethereum tous les utilisateurs ont les mêmes droits, qui représentent un accès complet aux informations à la fois des contrats et des données stockées par ces contrats. Cela a donné des initiatives d’adapter Ethereum à un besoin plus proche des entreprises, notamment le projet Quorum qui rajoute des permissions à la Blockchain Ethereum pour utilisation en entreprise.

D’un point de vue systémique, il est préférable pour la richesse de l’écosystème que les solutions choisissent d’augmenter les capacités du réseau publique d’Ethereum que de dériver la technologie Ethereum dans des réseaux parallèles, privés ou non. Raiden Network se définit comme une extension du réseau Ethereum.

En ce qui concerne la problématique des droits d’accès à des données privées, destinées à rester en entreprise, Gavin Wood a lancé un projet Polkadot qui permet la collaboration entre des blockchain locales privées avec une blockchain publique, comme Ethereum mais pas que.

Tant que la blockchain publique Ethereum n’adressera pas les points suivants :

  • Gestion fine de droits d’accès au réseau
  • Utilisation de données privées dans les calculs sans compromettre la privacy (en laissant les données en interne de l’entreprise)
  • Calculs de type « MapReduce » distribués

elle ne pourra pas alors devenir un outil de gouvernance des échanges entre entreprises.

La solution Polkadot résoud les deux premiers points en permettant la collaboration de blockchain privées avec la blockchain publique. En revanche, Polkadot ne résoud pas les calculs distribués sur un réseau sans tiers de confiance (« true cloud computing », comme dit Vitalik Buterrin dans le WhitePaper plasma.io). Plasma répond à la troisième problématique, permettant des calculs d’agrégation entre données sur des blockchains différentes (et donc potentiellement de réseaux d’entreprise différents).

Rockchain, une infrastructure distribuée éditée en France, souhaite répondre aux trois problématiques dans une approche novatrice. Nous définissons un « systèmes de fichiers distribué » orchestré par la Blockchain Ethereum. Les droits d’accès entre nœuds, identifiés par leur adresse Ethereum, sont gérés par des smarts contracts Ethereum. En parallèle, nous définissons un réseau de calcul de type MapReduce, une extension d’Ethereum, capable de faire des calculs sur données privées sans compromettre leur « privacy ».

Dans le monde de la blockchain, on a tendance à souvent mettre en avant les solutions possibles de « Full Homomorphic Encryption » comme le saint graal à atteindre en ce qui concerne les calculs sur données encryptées. Pour schématiser, le FHE permet de faire à la fois des additions et des multiplications sur les données, sans avoir besoin de la clef de déchiffrement. Mais les performances du FHE sont encore très éloignées des contraintes temps réel. Chez Rockchain nous avons choisi une autre piste, le secured multiparty computation (SMC), avec deux axes d’amélioration :

  • La performance (notamment dans les boucles de type foreach et la taille des circuits encryptés, qui sont les programmes exécutés). Nous espérons avoir des gains de performances de l’ordre de 100 sur certains facteurs, même si nous ne codons pas en C++ mais en GO.
  • La généricité. Le SMC est difficile d’accès de par sa syntaxe d’utilisation (des circuits logiques avec des ports AND, OR, XOR, NAND) dans les librairies open source comme libscapi. Il est donc difficile de définir un algorithme évolué dans ce format proche de l’électronique. Rockchain compile directement le langage Javascript dans des circuits SMC, rendant cette technologie accessible au plus grand nombre des développeurs.

Notre prototype d’interpréteur Javascript pour calcul sur données privées (appelé le « Generic Privacy Engine ») sera finalisé pour l’ICO de Rockchain, qui débutera le 1 er Novembre 2017. Il en est de même pour une version alpha de notre file système distribué lié à la blockchain Ethereum (appelé la « DappBox »). Le code sera mis en open source lorsque l’ensemble des technologies seront intégrées, plusieurs mois après l’ICO. En revanche, les benchmarks concernant les performances de nos prototypes seront rendus publics pendant l’ICO.

Pour plus d’informations, le site d’inscription de notre slack est rockteam.org.

 

Publié par Flys

Votre partenaire d'investissement dans les monnaies virtuelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s